La recherche à portée de main

19 JUIN 2024, 13h00-18h15
Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay

Résumés des communications par affiche

Titres des affiches présentées en français (1 à 7)

1. Évaluation de la perception auditive chez des adolescent(e)s et des adultes portant un implant cochléaire ajusté selon une méthode comportementale et selon une méthode objective

Sandra Fortin, François Bergeron, Christine Turgeon
Université Laval, CIRRIS

Introduction : L’implant cochléaire (IC) est une solution efficace pour permettre aux personnes ayant une surdité sévère à profonde de mieux entendre. Les capacités auditives des personnes ayant un IC demeurent toutefois variables. Les capacités auditives dépendent, entre autres, de la façon dont l’IC est ajusté. La méthode standard pour ajuster l’IC se base sur la perception des personnes aux sons de leur IC. Cette méthode peut être complexe puisque, bien souvent, ces personnes n’ont pas entendu certains sons depuis plusieurs années. La mesure objective des réflexes de l’oreille est une autre méthode pour ajuster l’IC. Bien que cette méthode soit plus simple, rapide à effectuer et qu’elle puisse optimiser les capacités auditives, elle demeure peu utilisée en clinique.
Objectif : Comparer les capacités auditives de personnes portant un IC ajusté selon la méthode comportementale et selon la méthode objective.
Méthodologie : Cinquante personnes de 14 ans et plus ayant reçu un IC participeront au projet. Ces personnes porteront leur IC ajusté selon chaque méthode pendant six semaines. Les deux méthodes seront comparées selon des mesures de : 1) reconnaissance de phrases; 2) discrimination de syllabes; 3) qualité sonore; et 4) plus faibles sons entendus.
Résultats : Il est attendu que les capacités auditives soient égales, voire supérieures lorsque l’IC est ajusté selon la méthode objective par rapport à la méthode comportementale.
Conclusion : Si la méthode objective offre des capacités auditives égales ou supérieures à la méthode comportementale, la méthode objective pourrait être utilisée plus largement en clinique.

2. Culture sourde et prestation de services de réadaptation aux adultes sourds: la perspective de professionnels de la santé au Québec

Sandie Poulin, Mathieu Hotton, Norman Boucher
Université Laval

Introduction : Les adultes sourds sont les personnes qui s’identifient à la culture sourde et s’expriment principalement en langue des signes. Ils rencontrent malheureusement des difficultés d’accès aux services de santé. Même en présence d’interprète gestuelle, les Sourds expriment leur insatisfaction quant aux services de réadaptation qui leur sont dispensés au Québec, qu’ils estiment ne pas être adaptés culturellement. La littérature américaine relève d’ailleurs que les Sourds vivent un stress d’acculturation lorsqu’ils fréquentent les services de santé. Ils racontent par exemple restreindre leurs questions par crainte de paraitre niais ou d’être jugés. D’un autre côté, les intervenants des centres de réadaptation en déficience physique (CRDP) du Québec rapportent ne pas savoir comment adapter leurs interventions aux besoins des adultes sourds. La connaissance d’une culture et la capacité à moduler ses attitudes et comportements en fonction de celle-ci réfère à la compétence culturelle. La compétence culturelle sourdes des intervenants des équipes chargées de soutenir la participation sociale des adultes sourds des CRDP du Québec est inconnue.
Objectif : Décrire la compétence culturelle des intervenants des programmes de réadaptation spécialisés pour les adultes sourds de la province de Québec. Plus précisément : 1) décrire la perception des intervenants quant à leur compétence culturelle sourde, 2) décrire la perspective des intervenants sur les facilitateurs et les barrières à la prestation de services de réadaptation optimale aux adultes sourds et 3) caractériser la compétence culturelle sourde des intervenants.
Méthodologie : Un devis mixte simultané sera utilisé pour planifier l’étude descriptive-interprétative et le sondage. Une collecte de données qualitative sera réalisée auprès des intervenants (de 4 CRDP de la province) par entrevues semi-dirigées individuelles. Une collecte de données quantitatives sera réalisée par questionnaire électronique.
Résultats : Les résultats disponibles lors du colloque seront présentés.
Conclusion : Les retombées potentielles du projet seront présentées. Les résultats pourraient contribuer à documenter la prestation de services de réadaptation offerts aux adultes sourds par les CRDP du Québec, à en déterminer l’adéquation culturelle, à identifier les barrières et facilitateurs au développement de la compétence culturelle et ultimement à améliorer l’accessibilité des services de réadaptation et de santé aux Sourds.

3. Interventions visant l’amélioration du goût et l’odorat : Un scoping review.

Sarah Hadjeres, Arnaud Saj, Marc Tewfik, Aurélie Houle, Lyne Boissonneault, Nathalie Farley, Perrine Ferre, Fanny Lecuyer, Myrian Grondin, Johannes A Frasnelli, Frédérique Poncet
Université de Montréal, Université McGill, CIUSSS Centre-Ouest de l’île de Montréal, CRIR

La perte du goût et de l’odorat sont des symptômes cardinaux de la COVID-19 et cette symptomatologie permet de faciliter le dépistage et le diagnostic de cette maladie. Ces symptômes sont observés dans d’autres problèmes de santé tels que la maladie de Parkinson, le traumatisme crânien cérébral ou encore l’accident vasculaire cérébrale. L’anosmie et l’agueusie ont des répercussions non négligeables sur les activités de la vie quotidienne, et sur la santé des individus atteints (ex. malnutrition, hygiène, risque pour la sécurité). Cette revue vise à synthétiser et analyser les différentes méthodes d’interventions offertes aux individus atteints d’anosmie et d’agueusie à travers la littérature. Méthodologie en 6 étapes de Levac et al. ; la stratégie de recherche électronique s’est faite sur 6 bases de données. 138 études ont été sélectionnées et  analysées. Les résultats indiquent un large éventail d’interventions qui inclut l’entrainement olfactif, l’acuponcture, le traitement au zinc ou encore le traitement aux corticostéroïdes. Ces informations serviront de base afin d’élaborer et de développer une nouvelle approche en réadaptation plus efficace pour améliorer la qualité de la prise en charge des personnes affectées par la COVID-19.

4. Optimiser les transitions des soins et les résultats pour les personnes ayant subi des lésions cérébrales acquises : Comment la santé numérique peut-elle soutenir les transitions des soins ?

Dorra Rakia Allegue, Catherine Marise Giroux , Despoina Petsani, Sara Ahmed
Université Laval, Université McGill, Aristotle University

Naviguer dans le système de santé pendant la période de transition (par exemple, de l’hôpital au domicile) est crucial pour assurer la continuité des soins et des résultats positifs en matière de santé pour les personnes ayant subi une lésion cérébrale acquise (ACV et traumatisme crânien). Malgré les progrès réalisés dans les pratiques de soins, il reste nécessaire d’améliorer systématiquement la gestion des transitions. Cette étude vise à explorer les expériences des personnes atteintes d’ACV pendant les transitions de soins, en mettant l’accent sur la manière dont la santé numérique peut soutenir les décisions et adapter les soins de santé à leurs besoins et préférences.
Méthodes : Trois sessions de co-création ont été menées avec 18 parties prenantes, dont des chercheurs, des administrateurs en réadaptation et des représentants des patients. Les sessions ont été enregistrées et transcrites pour analyse. Une approche d’analyse de contenu conventionnelle a été utilisée, en utilisant le logiciel MAXQDA, pour identifier les thèmes communs et les domaines potentiels d’amélioration dans les transitions de soins de santé.
Résultats : Sept thèmes centraux ont émergé de l’analyse des données : “Collecte de données” (par exemple, Mesures de résultats rapportées par les patients électroniques), “Analyse prédictive” (Utilisation de l’intelligence artificielle pour anticiper les besoins et les résultats des patients), “Ressources” (technologiques, humaines et organisationnelles), “Obstacles aux soins” (lacunes dans la prestation de services, accès à la technologie nécessaire), “Facilitateurs de transitions efficaces” (Établissement de rôles de gestionnaire de cas pour guider les patients à travers les transitions de soins), “Objectifs et résultats à long terme” (fixation d’objectifs pour réduire les taux de réadmission), et “Utilisation d’outils et d’initiatives” (systèmes de soutien à la décision pour favoriser l’engagement des patients et optimiser les soins).
En conclusion, cette étude plaide en faveur d’une approche basée sur les données, intégrée technologiquement et centrée sur le patient pour faire progresser les transitions de soins. Comprendre comment la technologie peut améliorer les transitions de soins peut aider à orienter les patients vers les bons services et à augmenter la valeur des soins par rapport aux coûts.

5. Adaptation de l’interface de configuration de COOK : méthode TRIAGE

Mélanie Amaral Dos Santos, Maude Rondeau, Mireille Gagnon-Roy, Carolina Bottari
CRIR, IURDPM, CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Université de Montréal, Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke, Centre de recherche sur le vieillissement (CdRV)

Introduction : Les déficits cognitifs après un traumatisme craniocérébral (TCC) ont plusieurs impacts fonctionnels et entravent la réalisation d’activités complexes, comme la préparation de repas. Les technologies d’assistance à la cognition (TAC), comme la Cognitive Orthosis for coOOking (COOK), peuvent compenser ces déficits. La configuration de COOK est effectuée par des ergothérapeutes, ce qui nécessite de recueillir leurs opinions sur le processus de configuration afin d’adapter la technologie à leurs besoins.
Objectifs : Cette étude vise à documenter la perception des ergothérapeutes quant aux modifications prioritaires à apporter à la 8e version (V8) du système de configuration de COOK ainsi que les opinions de l’équipe informatique, travaillant sur cette technologie, quant à la faisabilité de ces modifications.
Méthodologie : La méthode TRIAGE sera effectuée auprès d’environ 10 ergothérapeutes et 2 membres de l’équipe informatique du laboratoire DOMUS pour obtenir un consensus sur les modifications prioritaires et faisables à apporter à la plateforme de configuration de COOK. Cette méthode implique trois étapes, soit la préparation, la production individuelle et la production de groupe.
Retombées : L’étude soutiendra l’équipe technologique dans la démarche d’adaptation de la technologie COOK tout en considérant les besoins des utilisateurs de l’interface de configuration (ergothérapeutes). Parallèlement, les ergothérapeutes auront l’occasion de se familiariser avec la technologie COOK.
Prochaines étapes : Avec les résultats obtenus, des modifications seront effectuées sur l’interface de configuration de COOK en vue de la réalisation de tests d’utilisabilité qui auront lieu en contexte de laboratoire auprès d’ergothérapeutes et d’étudiant.e.s en ergothérapie.

6. Plaidoyer pour des soins et services de réadaptation de qualité en temps de pandémie: une note de politique

Perrine Ferré, Dahlia Kairy, Johanne Higgins, Diana Zidarov, Louis-David Beaulieu, Claude Vincent, Marie-Hélène Milot, Marie-Hélène Boudrias
Université McGill, Université de Montréal, Université de Sherbrooke, BRAINlab, Jewish Rehabilitation Hospital, Centre de recherche sur le vieillissement, CIUSSS-de-l’Estrie CHUS, CRIR, IURDPM, CIRRIS, BioNR

Durant les premières vagues de la pandémie de COVID-19, les trajectoires de soins habituels en réadaptation ont été bousculées par les nouvelles directives de mesures de prévention émises. Une équipe de chercheurs panprovinciale s’est concertée pour analyser l’impact de ces directives sur la qualité des soins et services dans les établissements de réadaptation désignés pour accueillir les patients ayant contracté la COVID-19. Une méthodologie mixte a permis de collecter des données cliniques de plus de 900 dossiers médicaux et de consulter une centaine de personnes ayant vécu les premières vagues de la pandémie en réadaptation : patients, thérapeutes, gestionnaires. Un atelier délibératif a permis d’extraire les pistes de solutions prioritaires, dans le cas d’une autre crise comme celle vécue durant la pandémie de COVID-19. Les résultats démontrent d’abord l’agilité des établissements de santé durant cette crise. La trajectoire des centres désignés a permis des progrès fonctionnels pour tous les usagers, incluant ceux ayant contracté la COVID-19. Toutefois, en particulier pour ces derniers, les bonnes pratiques cliniques en réadaptation ont été affectées. De manière cruciale, l’ensemble des patients ont été touchés par l’isolement social et physique. Le savoir expérientiel des parties prenantes a permis d’extraire des pistes de solutions, afin de sensibiliser et éclairer les décideurs de la santé et des services sociaux lors de futures prises de décisions en situation de crise. La note de politique qui en résulte constitue un outil de mobilisation des connaissances utile, en plus d’un exemple du potentiel d’influence des parties prenantes sur le système de la réadaptation.

7. Conduire une revue réaliste en réadaptation : les défis et solutions

Nay El Hajj, Cindy Louis-Delsoin
Université de Montréal, IURDPM, CRIR

Introduction: La recherche en réadaptation examine souvent l’efficacité des interventions, sans nécessairement étudier les mécanismes expliquant les résultats obtenus. La revue réaliste permet de comprendre comment et pourquoi une intervention fonctionne dans un contexte spécifique. Néanmoins, des lacunes persistent dans l’application de cette méthode, restreignant son usage dans la recherche en santé.
Objectifs : Identifier les défis rencontrés durant la conduite d’une revue réaliste en réadaptation, et des solutions potentielles.
Méthodologie : Une étude de cas multiple a été menée auprès de chercheurs en réadaptation (n=4) ayant conduit au moins une revue réaliste. Afin d’explorer qualitativement les défis et solutions évoqués par les chercheurs, des entrevues semi-structurées ont été réalisées. Celle-ci étaient basées sur les cinq étapes d’une revue réaliste proposées par Pawson et al. (2005), soit le cadre théorique de l’étude. Structurant le codage selon le cadre théorique, deux codeurs indépendants ont inductivement codé les transcriptions avec le logiciel QDA Miner (pourcentage d’accord=84,1%). L’analyse thématique a permis d’identifier des thèmes relatifs aux obstacles et aux stratégies pour chacune des étapes d’une revue réaliste.
Résultats préliminaires : Deux entrevues (P01, P04) sur quatre révèle les cinq défis suivants : Naviguer dans une littérature abondante et diversifiée; Adapter la méthodologie aux contextes variés; Gérer les ressources disponibles; Maîtriser la complexité des méthodes d’analyse non-conventionnelles; Assurer la rigueur des conclusions malgré l’hétérogénéité des processus. Des solutions ont été développées pour chaque défi.
Prochaines étapes. L’analyse intégrale des entrevues enrichira ces pistes préliminaires, contribuant à guider vers une meilleure application de la revue réaliste en réadaptation.

Titres des affiches présentées en anglais (8 à 26) (traduction par IA)

8. Adaptation au changement : Expériences d’adaptation avec le processus de réadaptation visuelle

Joshua Simmonds, Walter Wittich, PhD
École d’optométrie, Université de Montréal

À noter: Si vous êtes atteint d’une déficience visuelle, l’affiche comporte un code QR le rendant accessible en anglais et en français.

Contexte : Avoir une déficience visuelle est l’une des formes de handicap les plus redoutées. Elle est associée à la stigmatisation sociale, aux difficultés fonctionnelles et aux problèmes psychologiques qui affectent gravement la qualité de vie. Lorsqu’une déficience visuelle est diagnostiquée, l’orientation vers la réadaptation visuelle est (idéalement) introduite tôt dans le processus. Ce processus comprend, entre autres, la formation à l’orientation et à la mobilité, l’enseignement des technologies adaptatives et la fourniture d’un soutien psychosocial dans le but général de favoriser l’indépendance et l’intégration sociale.
Objectif : Bien que notre compréhension du coping par rapport à la perte de vision soit bien documentée et que certaines interventions psychologiques aient été proposées, on sait peu de choses sur le processus de coping des individus recevant une réadaptation visuelle, aucune recherche n’ayant été menée au fil du temps.
Méthodes : Une approche mixte utilisant la triangulation qualitative synthétisera les informations de trois études. La première étude est une revue de la littérature pour déterminer ce que l’on sait actuellement sur le processus de coping lors de la réception d’une réadaptation visuelle. La deuxième étude est rétrospective, utilisant des groupes de discussion pour examiner comment les individus avaient précédemment fait face lorsqu’ils recevaient une réadaptation visuelle pour la première fois. La troisième étude est prospective, mettant en œuvre une méthode longitudinale qualitative pour explorer le processus de coping de nouveaux individus référés et de leur thérapeute en basse vision en réponse à la réception d’une réadaptation visuelle sur 12 mois.
Résultats anticipés : Comprendre le processus de coping et son rôle pour ceux qui reçoivent une réadaptation visuelle fera progresser les programmes de réadaptation visuelle et la prestation de services. De plus, les données triangulées de trois études démontreront la nécessité de prendre en compte les facteurs psychologiques dans la réadaptation visuelle.

9. Adaptation et validation transculturelle du Brain Injury Visual Symptom Survey Questionnaire en Français, un Questionnaire de dépistage des déficiences visuelles après une lésion cérébrale

Nathalie Naman, G. Gaudreault Malepart, C.T. Ting, F. Poncet
Université de Montréal, Université McGill, CIUSSS Centre-Ouest de l’île de Montréal

Le BIVSS, test de dépistage des troubles visuels des TCC est validé et accessible gratuitement pour les cliniciens.
Les symptômes visuels secondaires aux traumatismes craniocérébraux légers/modérés (TCC) sont courants mais souvent négligés. Le questionnaire BIVSS (Brain Injury Visual Symptom Survey) est un outil auto-administré utilisé pour dépister les symptômes visuels liés aux TCC. Cependant, il n’est pas disponible en français.
Objectif : Traduire et adapter le BIVSS en français (BIVSS-F) et évaluer sa fiabilité chez des participants adultes ayant subi un TCC.
Méthodes en deux étapes : 1) Traduire et adapter culturellement le BIVSS en français (traduction, synthèse, rétro-traduction, examen, pré-test, validation). 2) Tester le BIVSS-F, en ligne, auprès d’adultes ayant subi un TCC léger à modéré et auprès de participant contrôles jusqu’à deux fois pour évaluer la fiabilité test-retest.
Résultats : 1) Création du BIVSS-F ; 2) 75 participants ayant un TCC (x¯=38,50 ans, SD=13.43) et 51 contrôles (x¯= 37,47 ans, SD: 13,25) ont participé à l’étude. La cohérence interne du BIVSS-F est élevée pour chacune des conditions dont le score global (α de Cronbach = 0,958). Le BIVSS-F discrimine les sujets contrôles des TCC (d de Chen=1.33). Le seuil clinique est de 25/112 ; une cote supérieure à 25 prédit un symptôme visuel et un TCC. Le test-retest (n=33), effectué à 15 jours d’intervalle indique une bonne fiabilité test-retest du BIVSS-F (ICC=0.97).
Conclusion : Les cliniciens ont à leur disposition un nouvel outil de mesure fiable, validé en français : le BIVSS-F ; il est capable de détecter les symptômes visuels attribuables aux TCC et oriente vers une évaluation en optométrie.

10. Step & Speak : Libérer le potentiel fonctionnel grâce au Programme Interdisciplinaire sur Tapis Roulant (ITP)

Arlene Rosenberg, Ourania Papanas, Alexie Gendron, Samantha Quinn
Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay

Introduction : Le programme interdisciplinaire sur tapis roulant (ITP) est un programme expérimental destiné aux enfants de 4 à 13 ans présentant des diagnostics principaux de troubles de la parole, du langage et/ou moteurs. L’ITP implique de progresser à travers une variété de séquences complexes (marche directionnelle) sur un tapis roulant spécialisé.
Objectifs : L’ITP vise la parole, le langage, la coordination motrice globale et l’intégration visuo-motrice ; des compétences essentielles au fonctionnement quotidien.
Méthodologie : Chaque client participe à deux séances de trente minutes par semaine pendant dix semaines, en appliquant des objectifs individualisés issus de la physiothérapie et des disciplines de l’orthophonie. Des tests pré et post-intervention sont réalisés pour évaluer l’efficacité de l’intervention.
Résultats : Les résultats initiaux suggèrent des avantages sur les plans socio-émotionnels, de communication et physiques. Les participants ont montré des gains mesurables dans les schémas de marche, les compétences avec ballon, la navigation dans les escaliers, la posture assise et debout, la production de sons de la parole et les compétences linguistiques. Les observations ont également inclus des améliorations dans la participation et l’attention focalisées, dans l’autonomie et l’organisation, ainsi qu’une augmentation auto-déclarée de la confiance en soi dans les compétences de communication et motrices. De plus, un résultat positif inattendu du programme est la détection d’un possible diagnostic moteur (ex : paralysie cérébrale) qui aurait pu rester autrement non détecté chez certains enfants présentant des troubles primaires du langage non suivis précédemment en physiothérapie.
Conclusion : L’ITP représente une opportunité innovante, unique et efficiente en termes de temps pour nos clients afin de cibler des résultats interdisciplinaires impliquant tout le corps. Pour les thérapeutes, cela améliore une compréhension globale et approfondie de notre clientèle complexe. Les prochaines étapes comprennent un projet CRIR réalisé conjointement avec le JRH pour évaluer l’efficacité de ce programme, ainsi qu’une revue de la portée réalisée par le MSPOT pour évaluer quels autres interventions interdisciplinaires sont disponibles pour cibler ces domaines.

11. Identification des dimensions d’évaluation de l’alphabétisation alimentaire pour les personnes ayant une basse vision

Mahboubeh Esmati, Hanah Boxerman, Martin Bergevin, Walter Wittich, Frédérique Poncet, Marie Nadine Lamontagne
Université de Montréal, Université McGill, Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay, CIUSSS Centre-Ouest-de-l’île-de- Montréal CRIR

Introduction : Le domaine des compétences fonctionnelles en alphabétisation alimentaire se concentre sur les capacités pratiques, incluant des dimensions telles que les connaissances en nutrition, les compétences en préparation des aliments, la sécurité alimentaire et l’hygiène. Les déficiences visuelles affectent significativement la capacité d’une personne à effectuer des activités quotidiennes essentielles pour sa satisfaction et son bien-être global. Les personnes malvoyantes rencontrent de nombreux défis lors de la cuisson et de la préparation des repas. Pour relever ces défis, les professionnels de la réadaptation peuvent mettre en place des programmes de formation spécialisés, intégrer des technologies d’assistance et fournir un soutien personnalisé. À notre connaissance, il n’existe actuellement aucun outil standardisé et validé pour évaluer les compétences en alphabétisation alimentaire fonctionnelle chez les personnes ayant une basse vision.
Objectifs : (1) Identifier les préférences de consensus individuel et de groupe des membres de l’équipe concernant les compétences en alphabétisation alimentaire fonctionnelle des personnes ayant une basse vision. (2) Valider les dimensions des compétences en alphabétisation alimentaire fonctionnelle avec les personnes ayant une basse vision.
Méthodologie : Cette étude sera menée en deux étapes. (1) Nous utiliserons la méthode Technique pour la Recherche d’Information par Animation d’un Groupe d’Experts (TRIAGE) pour identifier différentes dimensions de l’outil d’évaluation des compétences en alphabétisation alimentaire fonctionnelle pour les personnes ayant une basse vision. La recherche comprendra 24 participants répartis en deux groupes : des cliniciens et des utilisateurs ayant une basse vision. (2) Nous testerons ces dimensions avec 10 personnes ayant une basse vision dans un environnement naturel (cuisine à domicile ou cuisine d’un centre de réadaptation).
Résultats attendus : Cette étude vise à développer les dimensions d’une évaluation complète pour promouvoir la sécurité, la compétence, l’indépendance et la qualité de vie des personnes malvoyantes, en comblant le fossé existant dans les connaissances et en améliorant leur bien-être.

12. Propriétés psychométriques du Mini-Balance Evaluation Systems Test et mesures de la fonction physique chez les patients atteints du syndrome d’Ehlers-Danlos / des troubles du spectre d’hypermobilité

Soomin Lee, Jonathan Bourque, Laurence Noël, Elizabeth Hazel, Emma Ramsay, Raphaël Bélice, Shawn Robbins
Université McGill, Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay, Hôpital général de Montréal, Centre universitaire de santé McGill

Introduction : Le syndrome d’Ehlers-Danlos (SED) et les troubles du spectre d’hypermobilité (TSH) sont associés à des altérations de l’équilibre et de la fonction physique. Cependant, les propriétés psychométriques des mesures de résultats pertinentes restent largement inexplorées.
Objectifs : Les objectifs de cette étude étaient d’évaluer la validité de construit du Mini-Balance Evaluation Systems Test (Mini-BESTest) ainsi que la fiabilité test-retest du Mini-BESTest, du Six Minute Walk Test (6MWT) et de la Lower Extremity Functional Scale (LEFS) chez les patients atteints de SED/TSH.
Méthodologie : Les participants atteints de SED/TSH (n = 20) ont participé à deux visites programmées à une ou deux semaines d’intervalle. La validité de construit du Mini-BESTest a été déterminée par des corrélations de Pearson entre les mesures d’équilibre sur plateforme de force, le 6MWT et la LEFS. La fiabilité test-retest des mesures a été évaluée par des coefficients de corrélation intraclasse (CCI). Les valeurs de changement détectable minimal avec 95 % de confiance (MDC95) ont également été calculées.
Résultats : Le Mini-BESTest a démontré une validité de construit solide à travers des corrélations significatives avec les mesures d’équilibre sur plateforme de force, le 6MWT et la LEFS (r = -0,409 à 0,663). La fiabilité test-retest était excellente pour le Mini-BESTest, le 6MWT et la LEFS (CCI = 0,908 à 0,955). Le MDC95 était de 4 pour le Mini-BESTest, de 76,54 m pour le 6MWT et de 11 pour la LEFS.
Conclusion : Le Mini-BESTest est valide et fiable pour évaluer l’équilibre et la mobilité chez les patients atteints de SED/TSH. Le 6MWT et la LEFS ont également été jugés fiables pour cette population.

13. Modules de formation sur l’accessibilité et le soutien à la communication destinés aux prestataires de soins de longue durée pour améliorer les soins aux résidents âgés vivant avec la surdi-cécité

Walter Wittich, Ballard, S.A.,Jaiswal, A., Pichora-Fuller, M.K., Savundranayagam, M., Reed, M., Mick, P., Wilchesky, M.
Université de Montréal, Université de Toronto à Mississauga, Université Western, Baycrest Center, Université de la Saskatchewan, Université McGill, CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Il s’agit d’une approche par phases utilisant des méthodologies mixtes. En collaboration avec un groupe de co-création de personnes utilisatrices de connaissances, nous avons développé le contenu de trois modules de formation vidéo en ligne bilingues de 10 minutes chacun, adaptés aux prestataires de soins en SLD, en utilisant un sondage en ligne, des groupes de discussion et une vérification par les membres.
Résultats : Les participants au sondage comprenaient 12 prestataires de soins non réglementés (par exemple, bénévoles, aides-soignants, compagnons rémunérés) et 17 membres du personnel réglementé (par exemple, infirmières, travailleurs sociaux, ergothérapeutes ou physiothérapeutes). La plupart des répondants étaient des femmes (90 %) avec en moyenne 8,5 années d’expérience dans les SLD. Seuls 14 % avaient reçu une formation formalisée sur les stratégies de communication avec les personnes vivant avec des difficultés combinées de vision et d’audition.
Dans l’ensemble, tous les participants ont convenu que la formation sur les handicaps sensoriels et les stratégies de communication est une priorité élevée et constitue actuellement une lacune dans leur formation. Ils ont confirmé que les mécanismes de signalement de ces observations aux membres du personnel réglementé étaient très importants. Les priorités supplémentaires en matière de soins et d’éducation communes pour les deux groupes de participants comprenaient l’adaptation des comportements de communication, ainsi que la connaissance de l’utilisation et de l’entretien des technologies d’assistance pouvant être possédées par l’établissement ou par le résident.
Conclusion : En fin de compte, nous prévoyons que nos modules de formation en cours de développement amélioreront la communication, enrichiront l’expérience de soins des résidents en SLD, faciliteront le développement de relations entre les résidents atteints de surdi-cécité et leurs prestataires de soins, réduiront la charge de travail des aidants et amélioreront la qualité globale des soins dans cet environnement.

14. Un modèle de réponse systémique à la crise pour les personnes ayant une déficience intellectuelle et/ou un trouble du spectre autistique

Daniela Mireles, Shari Joseph, Sean Stirrup
Centre Miriam, CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Présenter les résultats, l’impact et les considérations futures d’une nouvelle équipe multidisciplinaire de réponse à la crise, inspirée du modèle START, visant à la stabilisation des individus présentant un autisme et/ou une déficience intellectuelle avec des troubles sévères du comportement et leurs systèmes.
Introduction: Le service de prévention, de réponse et de traitement des crises (SPRTC) implique une équipe pluridisciplinaire contactée pour gérer rapidement une crise et équiper l’utilisateur et son système avec des outils de prévention et de gestion essentiels. L’un des principaux objectifs de ce service est d’améliorer le réseau de soutien de l’utilisateur pour prévenir les rechutes.
Objectifs : (1) Évaluer les utilisateurs en crise et offrir des services 24h/24 et 7j/7. (2) Mettre en œuvre des services de prévention et d’intervention en crise inter-systèmes. (3) Aider au développement de soutiens cliniques et communautaires autour de l’individu pour renforcer les connexions de soins afin de mieux soutenir l’utilisateur et/ou le système en crise.
Méthodologie : Évaluation d’urgence. Inscription au service. Examen et planification de la crise. Congé.
Résultats : Utilisateur 1 en crise : Le besoin d’évaluation médicale et de placement a été identifié. Une évaluation médicale approfondie a été réalisée dans les deux semaines. Un plan de sécurité et un plan de soutien comportemental ont été développés et mis en œuvre pendant cette période. Une ressource adaptée pour les adultes présentant des troubles graves du comportement a ensuite été sélectionnée. Un soutien psychosocial a été fourni à la famille et au réseau. L’utilisateur a réussi à passer à une ressource permanente dans le mois suivant la crise.
Utilisateur 2 en crise : Un placement de répit clinique de trois mois a été fourni, comprenant des interventions comportementales et un soutien psychosocial. Après une réintégration progressive à domicile, l’utilisateur est resté stable pendant plusieurs semaines. La famille a ensuite réévalué la nécessité d’un placement permanent, mais en raison de ressources indisponibles, l’utilisateur est resté à domicile et son comportement ainsi que la situation familiale se sont détériorés.
Conclusion : Les interventions du SPRTC ont montré des résultats positifs dans la stabilisation de l’individu et de leurs systèmes environnants. Pour l’utilisateur 1, la disponibilité d’une ressource spécialisée équipée pour les troubles graves du comportement a fourni une solution à long terme, réduisant le risque de crise future. L’utilisateur 2 a souligné la nécessité du développement d’une unité résidentielle spécialisée, adaptée aux besoins de cette population.

15. Force dans la communauté : Exploration des stratégies orientées vers l’équité pour les soins au-delà de la clinique

Nicole George, Madison Leggatt, Xavier Laplante, Maxana Weiss, Sara Ahmed
Université McGill

Introduction : Les ressources communautaires peuvent compléter les services de réadaptation clinique pour offrir des soins complets orientés vers l’équité. Cependant, il existe une division entre les secteurs de la santé et le réseau communautaire, avec un manque de direction claire sur la meilleure façon de les connecter. Des efforts stratégiques sont nécessaires pour comprendre comment intégrer de manière collaborative les ressources communautaires dans les soins cliniques. Ce travail offre l’opportunité aux équipes cliniques d’apprendre de l’expérience et de l’expertise des individus dans la communauté.
Objectif : Examiner comment les ressources communautaires peuvent soutenir la qualité de vie et les stratégies potentielles pour créer des liens avec les services de santé, du point de vue des individus travaillant dans des organisations communautaires locales.
Méthodologie : Cette étude adopte une conception de recherche qualitative avec un échantillonnage non probabiliste de représentants d’organisations communautaires qui promeuvent l’équité, la diversité et l’inclusion (n=10). Des entretiens semi-structurés en tête-à-tête (d’une durée d’1 heure chacun) ont été réalisés en ligne, et les transcriptions ont été analysées à l’aide de stratégies de codage inductif et déductif pour une analyse thématique suivant la méthode du Cadre Conceptuel.
Résultats anticipés : Les thèmes initialement identifiés comprennent le rôle de la communauté dans la réponse aux besoins non satisfaits (par exemple, l’appartenance sociale, la santé mentale) et les ressources associées (par exemple, ateliers, programmes). Les liens cliniques-communautaires pourraient offrir une reconnaissance et une validation aux organisations communautaires, avec des stratégies de liaison suggérées comprenant des opportunités d’échange d’informations (par exemple, sensibilisation, forums) et l’inclusion dans la prise de décision (par exemple, comités). Des obstacles potentiels (par exemple, le temps, la langue, la méfiance) et des facilitateurs (par exemple, les leaders d’opinion, l’ouverture d’esprit, les réseaux existants) ont été mis en évidence. Les thèmes finaux seront présentés.
Conclusions : Ces résultats seront utilisés lors d’une réunion de mobilisation des connaissances entre les équipes de réadaptation, les organisations communautaires et les personnes ayant vécu une expérience pour co-créer des solutions pour des soins communautaires collaboratifs intégrés.

16. Différences dans les scores individuels du VF-14 entre la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et d’autres troubles de la vision

Severina Ferreira-Lopes, Aaron Johnson
Concordia Vision Lab University, CRIR, Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay, Réseau de Recherche en Santé de la Vision

L’indice de fonction visuelle (VF-14) est un questionnaire conçu pour mesurer les déficiences de la fonction visuelle (Steinberg et al., 1994). Bien qu’il ait été créé pour les patients atteints de cataracte, il a également été validé pour d’autres affections (par exemple, la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA); (Mackenzie et al., 2002). Généralement, les chercheurs ne rapportent que le score total du VF-14. Dans cette étude, nous avons exploré  les différences entre la DMLA et d’autres sources de déficience visuelle dans les scores totaux et individuels du VF-14. En utilisant des données de l’Étude sur les Barrières à Montréal et celles de la Base de Données d’Images Rétiniennes de Concordia, nous avons analysé un échantillon de 371 individus atteints de DMLA et 452 autres présenants différentes conditions. Le VF-14 a été administré dans des hôpitaux et des centres de réadaptation de la région du grand Montréal. Les résultats n’ont montré aucune différence statistiquement significative dans le score total du VF-14 entre les deux groupes (p = .568, d = .07) et à travers la plupart des conditions. Cependant, les personnes atteintes de DMLA ont obtenu de moins bons résultats à la question 1 – lire de petits caractères (p = .008, d = .19) et à la question 10 – pratiquer des sports (p = .009, d = .261). Nous constatons également que ceux présentant d’autres conditions de perte de vision obtiennent des scores significativement plus bas à la question 11 – cuisiner (p=.04, d=-.16). Ces résultats montrent que l’examen du score total global du VF-14 peut ne pas être aussi informatif que l’examen des scores individuels des questions, suggérant que les scores individuels devraient également être pris en compte lors de l’analyse du VF-14 dans la recherche.

17. L’efficacité des implants d’arthroplastie du genou à pivot médial dans l’amélioration de la marche chez les patients atteints d’ostéoarthrite du genou : une analyse intérimaire d’un ECR

Nicolas Herrera, Shawn Robbins, John Antoniou
Université McGill, CRIR, Hôpital Général Juif de Montréal

Objectif : Plus de 47 000 procédures d’arthroplastie totale du genou (TKA) sont réalisées au Canada chaque année, la plupart pour l’arthrose du genou. Ces procédures sont réalisées à l’aide de différentes conceptions pour maximiser les résultats et restaurer le mouvement normal du genou. La conception MC est une approche novatrice supposée reproduire le mouvement normal du genou, entraînant un meilleur mouvement du genou après TKA par rapport à d’autres conceptions d’implants. Cependant, les preuves ne sont pas claires, et des recherches supplémentaires sont nécessaires. Ainsi, notre objectif est de comparer la cinématique du genou entre les patients suivant une TKA avec un implant MC ou PS pendant la marche et les tâches de montée et descente d’escalier un an après la chirurgie.
Méthodes : Suite à un essai clinique randomisé pré-analyse, les participants subissant une TKA pour une arthrose du genou ont reçu des implants MC (n=8) ou PS (n=8). Les données ont été collectées avant la chirurgie et un an après la chirurgie. Les angles articulaires ont été mesurés pendant la marche et la montée/descente d’escalier en utilisant une capture de mouvement tridimensionnelle et des plateformes de force. Une ANCOVA mixte à un facteur a comparé les groupes un an après la chirurgie en ajustant pour la ligne de base. Le coefficient d’effet partiel eta2 a mesuré la taille de l’effet.
Résultats : MC, n=5 et PS, n=3 ont réussi la tâche de montée/descente d’escalier. Lors de la montée d’escalier, MC a eu une plus grande amplitude de rotation interne du genou (p=0,02). Le groupe MC a présenté une plus grande amplitude de flexion du genou et un effet de grande taille pendant la marche un an après la chirurgie par rapport au groupe traditionnel (p=0,031). Aucune différence significative dans l’amplitude de flexion ou de rotation interne du genou pendant la montée/descente d’escalier. De plus, aucune différence significative dans l’amplitude de rotation interne du genou pendant la marche, bien que de taille moyenne dans le groupe MC.
Conclusion : L’implant TKA MC a entraîné une plus grande amplitude de flexion et de rotation interne du genou pendant les activités fonctionnelles. Les résultats doivent être interprétés avec prudence car l’analyse est préliminaire.

18. Autonomiser les soins aux patients victimes d’accidents vasculaires cérébraux : exploiter les interventions de santé numérique parmi les cliniciens pour de meilleurs résultats individuels

Alice Misana, Sara Ahmed , Aliki Thomas, Zachary Boychuck, Catherine Marise Giroux, Dennis Radman, Fernanda Menescal
Université McGill ; Division of Clinical Epidemiology, Department of Medicine, CRIR, Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay

Une trousse éducative fondée sur des preuves pour soutenir l’utilisation d’interventions de santé numérique dans les soins aux patients victimes d’accident vasculaire cérébral, afin d’améliorer l’accès à la réadaptation et garantir les résultats pour les patients.
L’accident vasculaire cérébral (AVC) constitue une importante cause de handicap à long terme à l’échelle mondiale, ce qui rend nécessaire des interventions efficaces pour les soins. Les interventions de santé numérique (DHI) se présentent comme des solutions prometteuses, mais des désinformations persistent, entravant leur utilisation optimale. Pour relever ce défi, une intervention en matière de transfert des connaissances (TC) a été développée pour améliorer les connaissances et les compétences des cliniciens dans l’utilisation des DHI dans les soins aux AVC.
Ce projet multifacette a impliqué la synthèse des preuves sur l’efficacité des DHI dans les soins aux AVC et le développement d’une trousse d’outils pour améliorer les compétences et les connaissances des cliniciens. La trousse, informée par une revue parapluie évaluant l’efficacité des DHI et les obstacles, offre des ressources éducatives fondées sur des preuves pour la prise de décision partagée entre les cliniciens et les clients. En présentant des informations complètes sur chaque DHI dans la trousse, y compris le niveau de preuve, la population cible, les considérations financières, les paramètres appropriés, les détails de l’équipement, les modalités d’intervention, les éventuels risques et précautions, nous visons à surmonter les obstacles et à favoriser l’adoption.
En soulignant l’importance de l’intégration des DHI dans la réadaptation après un AVC, le projet offre des perspectives précieuses. Par exemple, les interventions de réalité virtuelle montrent des améliorations significatives dans divers aspects de la récupération après un AVC tels que la fonction des membres supérieurs, les AVQ et les fonctions cognitives, tandis que les interventions en télésanté améliorent la pression artérielle systolique et l’observance médicamenteuse. Les interventions en télémédecine réduisent les temps de traitement et les séjours à l’hôpital, bénéficiant aux résultats fonctionnels, tandis que les interventions auto-dirigées comme le CIMT et les jeux interactifs montrent également des promesses sur les AVQ.
Des recherches futures évalueront l’impact de la trousse sur les connaissances des cliniciens, leurs compétences et l’adoption des DHI dans les soins cliniques. En fin de compte, le développement de ressources éducatives comme la trousse offre la promesse d’améliorer les compétences des cliniciens et les soins aux patients dans la prise en charge des AVC, favorisant des transformations positives dans la prestation des soins de santé.

19. Agence et individus Sourds: Un modèle culturel de prestation de services pour une intervention informée et des services de santé mentale

Emmanuela Tedone
Université McGill, Centre de réadaptation Lethbridge-Layton-Mackay

La plupart des enfants D/sourds naissent de parents entendants, reçoivent un implant cochléaire (IC) et sont exposés à une approche uniquement basée sur le langage parlé. Un IC peut fournir aux enfants D/sourds un accès précoce au son et le développement éventuel d’un langage parlé, mais ils ne sont pas exposés à un langage naturel et accessible à un moment où l’acquisition du langage est cruciale et le développement cérébral est à son rythme le plus rapide. Bien que l’apprentissage d’une langue des signes soit une autre considération pour les parents d’enfants D/sourds, cela soulève souvent un dilemme encore débattu aujourd’hui sur la meilleure façon d’améliorer les résultats développementaux. Sans communication accessible, les enfants D/sourds peuvent développer ce qui a été qualifié de syndrome de privation de langage et présenter des défis cognitifs, émotionnels, psychosociaux et comportementaux tout en tenant compte des facteurs culturels et sociaux. Dans l’ensemble, les besoins des enfants D/sourds sont négligés vu le manque de cliniciens culturellement informés impliqués dans le diagnostic et le traitement.
Une formation à la sensibilisation des personnes sourdes (DAT) est une manière de promouvoir les compétences culturelles. Il n’existe aucune DAT connue pour les psychologues en formation. Les objectifs sont de développer et d’évaluer l’impact d’une DAT, et de mesurer les résultats sur les attitudes envers les personnes sourdes, les connaissances sur la surdité, et les applications pratiques des services d’intervention précoce et de santé mentale affirmative. La DAT sera animée par deux personnes sourdes et deux interprètes en langue des signes américaine (ASL). Elle comprendra des informations, des discussions, des jeux de rôle et des vignettes cliniques sur les obstacles et les améliorations pour les services de santé mentale. En utilisant la randomisation en bloc, les participants consentants des universités McGill et Concordia seront assignés de manière aléatoire à l’intervention/formation (3 groupes) ou au groupe témoin d’attente (2 groupes). Tous rempliront les questionnaires sur les Attitudes envers la Surdité (Cooper et al., 2004) et les Connaissances en Compétence Culturelle des Personnes Sourdes (Hoang et al., 2011) aux Temps 1, 2 et 3. Au Temps 3 (suivi de 3 mois), les participants des groupes d’intervention et de contrôle d’attente seront invités à remplir les questionnaires et à répondre aux vignettes sur le transfert de connaissances et d’attitudes à des situations cliniques hypothétiques. Des comparaisons de groupe seront utilisées pour déterminer l’impact de la DAT à tous les points temporels. Une analyse thématique sera réalisée. Les participants des groupes témoins auront accès au programme après la collecte des données. On s’attend à ce que les participants à l’intervention démontrent des attitudes et des connaissances améliorées de Time 1 à Time 3. La recherche a des implications politiques pour les services d’intervention précoce, et le développement de stratégies d’enseignement qui incluent la culture et l’agence des personnes sourdes.

20. De la théorie à la pratique : Cartographier le paysage de l’intelligence artificielle dans les accidents vasculaires cérébraux – Une revue de la portée

Lee Hill, Narimane Ait Hamou Dorra Rakia Allégue, Audrey Durand, Rola El Halabieh, Sara Ahmed
Université de McGill, Université Laval, PCHI Lab

L’IA a un grand potentiel pour améliorer la réadaptation et les soins post-AVC. Cette revue explore les applications de l’IA pour améliorer le diagnostic, le traitement et le soutien à la décision clinique, bénéficiant ainsi aux survivants d’AVC.
Introduction: L’accident vasculaire cérébral (AVC) est la principale cause d’invalidité chez l’adulte et la troisième cause de décès au Canada. On estime que 40 % des survivants d’un AVC présentent une incapacité modérée à sévère. Ces survivants sont ensuite confrontés à la navigation dans le continuum des soins de réadaptation aigus et post-aigus. L’intelligence artificielle (IA) est de plus en plus utilisée dans divers aspects des soins aux personnes victimes d’un AVC, offrant des solutions prometteuses pour améliorer le diagnostic, le traitement et le soutien à la décision clinique. L’objectif de cette revue est de fournir un aperçu de l’application de l’IA dans la réadaptation pour améliorer le continuum des soins post-AVC. Un objectif secondaire est d’évaluer la manière dont le genre et l’équité ont été abordés dans le développement et l’application de l’IA.
Méthodes et analyses: Une revue de la portée sera menée sur la manière dont les méthodes d’IA ont été utilisées pour améliorer les soins aux adultes victimes d’un AVC. Cette revue suivra les recommandations du checklist pour les revues de la portée de la Préférence Reporting Items for Systematic Review and Meta-Analysis Protocols (PRISMA-ScR). Une recherche documentaire sera effectuée entre 2005 et 2024, en utilisant les bases de données PUBMED, CINAHL et Google Scholar. Une combinaison des termes de recherche suivants sera utilisée : “intelligence artificielle”, “AVC”, “accidents cérébrovasculaires” et “soins”. L’extraction des données sera effectuée à l’aide d’un outil d’extraction des données développé. Un résumé narratif accompagnera les résultats répertoriés et décrira les résultats alignés sur les objectifs de l’étude.
Prochaines étapes: Nous anticipons que les résultats de cette étude mettront en lumière les domaines d’application de l’IA dans la réadaptation post-AVC et informeront les futures recherches et pratiques cliniques visant à améliorer les soins de transition pour les patients.

21. La Classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé : Perspectives des personnes ayant une expérience vécue de surdicécité dans les six régions de l’Organisation mondiale de la santé

Shirley Dumassais, Meredith Prain, Keith R. McVilly, Mahadeo Sukhai, Allan Wareham, Daniela, Anze, Ricard Lopez, Renu Minhas, Sonja van de Molengraft, Mirko Baur, Atul Jaiswal, Tosin O. Ogedengbe, Sarah Granberg, Walter Wittich
Université de Montréal, Able Australi, University of Sydney, Canadian Hearing Services, Canadian National Institute for the Blind, European Deafblindness Network, DeafBlind Ontario Services, Royal Kentalis, Deafblind International, Orebro University

Les défis liés à la vision et à l’audition ainsi que les facteurs émotionnels, sociaux, environnementaux et personnels sont cruciaux dans la prise en charge des patients avec surdicécité.
Introduction: La Classification internationale du fonctionnement, des handicaps et de la santé (CIF) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) fournit un cadre terminologique complet et universellement applicable en matière de santé. Les ensembles de base dérivés de la CIF simplifient le système de codage avec un ensemble de codes plus concis spécifiques à des conditions telles que la perte sensorielle. Ces ensembles de base sont développés en collaboration avec la population concernée, dans ce cas, les personnes vivant avec une surdicécité.
Méthodes: Dans cette phase d’établissement d’un ensemble de base pour la surdicécité, une étude qualitative a été menée, comprenant des entretiens individuels et des discussions de groupe où les participants ont répondu à six questions ouvertes. L’objectif de cette étude était d’identifier les aspects des fonctions et structures corporelles, des facteurs environnementaux et personnels les plus importants pour les personnes vivant avec une surdicécité.
Résultats: L’analyse des réponses de 72 personnes atteintes de surdicécité et/ou de leurs aidants dans les six régions de l’OMS a mis en évidence des thèmes récurrents dans les structures corporelles, les fonctions et les facteurs environnementaux. Ceux-ci incluaient les problèmes liés aux yeux et aux oreilles et les problèmes subséquents de vision et d’audition, les fonctions émotionnelles et de personnalité, et les attitudes sociétales, la famille et les aidants influençant les résultats. La communication, la socialisation, la marche et les interactions interpersonnelles et les relations ont été reconnues comme centrales aux activités et à la participation. De plus, la pandémie de COVID-19, l’état de santé et l’âge ont émergé comme des facteurs personnels.
Conclusion: Cette étude a mis au jour des informations cruciales concernant les fonctions sensorielles, le bien-être émotionnel et les obstacles sociétaux. Ces résultats soulignent la nécessité de développer un ensemble de base de la CIF adapté à la surdicécité, avec des implications potentielles pour des services de santé, de réadaptation et de soutien plus efficaces pour cette population unique.

22. Cartographier les voies d’emploi accessibles pour les jeunes en situation de handicap

Amelia Hagelstam Renshaw, Keiko Shikako, Roberta Cardoso, Mehrnoosh Movahed, Linda Nguyen
Université McGill

La transition de l’école au travail est particulièrement difficile pour les jeunes en situation de handicap. Cela reste un problème car les obstacles auxquels sont confrontés les jeunes en situation de handicap dans de multiples contextes tout au long de leur vie persistent également dans leur emploi. Bien que le gouvernement canadien développe actuellement des normes pour l’emploi des personnes handicapées, il n’existe pas de lignes directrices spécifiques aux jeunes. Accessible Standards Canada élabore un plan quinquennal pour écouter les voix des jeunes en situation de handicap et élaborer des normes qui tiennent compte de la création d’espaces communautaires inclusifs menant à l’emploi. Dans le cadre de ce plan quinquennal, nos objectifs sont de cartographier l’accessibilité à l’emploi pour les jeunes, d’identifier les facteurs communautaires qui contribuent à l’emploi des jeunes au Canada, et de réaliser une revue réaliste pour identifier les facteurs communautaires qui influencent l’emploi des jeunes. En termes d’approche méthodologique, nous suivrions les directives des évaluateurs de la Joanna Briggs Institute Reviewers ou JBI pour guider cette revue. Nos résultats anticipés sont d’identifier les facteurs communautaires contribuant à l’emploi des jeunes en situation de handicap au Canada. Nos conclusions pourraient alors informer les pratiques et susciter un véritable changement et une meilleure compréhension.

23. Améliorer la communication interdisciplinaire : Mettre l’accent sur le renforcement de l’achèvement et de l’utilisation optimale d’un outil standardisé existant et l’effet de cette conformité sur la satisfaction des patients et de l’équipe interdisciplinaire en matière de communication à l’hôpital Catherine Booth Hospital

Hanaa El hajj, Pearl Whammond
CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Les tournées interdisciplinaires régulières servent de plateforme de communication entre les membres de notre équipe et permettent une prise de décision collaborative. Pour améliorer encore la communication, il est proposé de renforcer l’utilisation optimale de notre outil de communication standardisé, le document du Plan d’Intervention Interdisciplinaire, lors des tournées. Cet outil a été créé pour faciliter la communication entre les membres de l’équipe et garantir que toutes les informations clés et pertinentes soient documentées et partagées. Notre CSI encouragera l’achèvement optimal de l’outil lors des tournées, en démontrant le statut actuel de chaque utilisateur, les risques, les préoccupations familiales et les objectifs, les évaluations requises, les besoins médicaux et psychosociaux et le plan de sortie. Le CSI posera des questions lors des tournées pour s’assurer que toutes les sections de l’outil d’intervention interdisciplinaire sont complétées de manière appropriée, enregistrera les rôles et responsabilités attribués lors des tournées, transcrira les informations pertinentes sur le tableau blanc de l’utilisateur et partagera les mises à jour avec les patients et leurs familles dans le but de favoriser la participation des utilisateurs à leur plan de soins et d’encourager la transparence, la collaboration et la responsabilisation entre les membres de l’équipe interdisciplinaire.
L’étude suggère d’évaluer l’efficacité de l’outil d’intervention interdisciplinaire existant lorsqu’il est utilisé de manière optimale avec un renforcement de l’exécution. Une évaluation pré et post-renforcement sera réalisée pour mesurer des indicateurs tels que la clarté des informations échangées entre les membres de l’équipe, la clarté de la communication aux utilisateurs et à leurs familles, la satisfaction globale des utilisateurs et des membres de l’équipe quant à l’efficacité des tournées d’équipe interdisciplinaires et le partage subséquent des informations, le respect de la durée de séjour spécifiée par programme, un processus de sortie plus fluide et moins de confusion concernant les rôles et responsabilités. L’évaluation du renforcement de l’outil peut être réalisée sur la base des retours reçus des utilisateurs et des membres de l’équipe. L’objectif est de souligner l’importance du respect de l’achèvement optimal des outils et l’effet de cela sur la communication interdisciplinaire entre les membres de l’équipe et les utilisateurs et entre les membres de l’équipe eux-mêmes. Dans l’ensemble, cette étude met en lumière l’importance du respect de l’achèvement du plan d’intervention interdisciplinaire pour optimiser la communication, délimiter les rôles et responsabilités et améliorer les résultats des utilisateurs.

24. L’effet de la cinématique de la chaussure en fonction du sexe en soccer

Karen Chen, Moreno Morelli, Nicolas Herrera, Ethan Wilkie, Shawn Robbins
Université McGill, St. Mary’s Hospital

Dans le soccer, les athlètes féminines sont plus susceptibles aux blessures que les hommes lors de changements directionnels rapides (c’est-à-dire, les mouvements de pivot). Les femmes ont tendance à présenter des schémas de pivotement plus risqués souvent attribués à des différences anatomiques. Cependant, les crampons de soccer génériques pour femmes sont couramment conçus en utilisant des modèles de pieds masculins, négligeant ainsi les besoins anatomiques et biomécaniques uniques des joueuses. Par conséquent, l’influence des chaussures spécifiques aux femmes sur les schémas de pivotement reste peu étudiée.
Cette étude vise à estimer l’impact des crampons spécifiques aux femmes sur la cinématique articulaire, par rapport aux crampons génériques, chez les jeunes joueuses de soccer réalisant un mouvement de pivotement latéral imprévu.
Trente-deux (32) participantes en bonne santé, âgées de 13 à 17 ans, seront recrutées dans le programme sportif de l’Association Régionale de Soccer Concordia. Les participantes testeront à la fois des crampons spécifiques aux femmes et des crampons génériques lors d’une tâche de pivotement, consistant en un mouvement de pivotement latéral imprévu à 450 (± 10º), et une tâche de traction de chaussures, impliquant une course slalom avec des vitesses enregistrées à l’aide de portiques de chronométrage. Des échelles analogiques visuelles évalueront le confort des chaussures après le slalom. Les données cinématiques seront collectées à l’aide d’un système de capture de mouvement sans marqueurs et traitées avec Visual 3D. L’analyse en composantes principales et l’analyse de covariance répétée examineront les caractéristiques des angles articulaires en fonction de la condition des chaussures, tout en contrôlant la vitesse d’approche et l’angle de pivotement exécuté. Une analyse de variance séparée examinera les conditions des chaussures sur la traction et le confort des chaussures. Les résultats attendus incluent des schémas de pivotement à risque réduit et des vitesses de course plus rapides avec des crampons spécifiques aux femmes qu’avec des crampons génériques.
Les conclusions de cette étude contribueront au développement de chaussures mieux adaptées aux athlètes féminines, potentiellement en réduisant l’écart de blessures entre les sexes.

25. Surveillance des droits des enfants handicapés pour éclairer les politiques sociales et de santé

Ananya Chandra, Keiko Shikako, Raphael Lencucha, Sebastian Jodoin
Université McGill

Ce projet soutient une approche fondée sur les droits en matière de politique de santé et de systèmes de prestation de services afin de promouvoir le bien-être des enfants en situation de handicap.
Les enfants handicapés au Canada sont confrontés à des défis persistants en matière de santé et de bien-être, notamment en ce qui concerne la santé mentale, les problèmes cardiovasculaires et la récupération après la pandémie. Le handicap influe considérablement sur les déterminants sociaux de la santé tels que l’éducation, le revenu et l’inclusion sociale. Pour faire face à ces problèmes, il est nécessaire de prioriser les droits de l’homme des enfants handicapés dans la conception des politiques et des programmes. Cependant, peu de recherches en santé publique ont examiné l’intégration des droits de l’homme dans les politiques canadiennes visant à soutenir la santé des enfants handicapés. Pour combler cette lacune, un projet examine la législation des niveaux fédéral, provincial et territorial à partir de l’an 2000, en utilisant les conventions des Nations unies sur les droits des personnes handicapées (CDPH) et sur les droits de l’enfant (CDE) comme cadres analytiques. En utilisant un dictionnaire de catégorisation basé sur les articles pertinents de ces conventions, des méthodes d’exploration de texte analysent comment les politiques canadiennes reflètent ces droits, en tenant compte des variations géographiques et temporelles. L’étude vise à révéler la prévalence du langage fondé sur les droits dans la législation, les priorités provinciales en matière de droits des enfants, les approches du gouvernement fédéral en matière de politiques de santé publique et sociales, ainsi que les changements dans l’utilisation du langage des droits au fil du temps. En identifiant les forces, les lacunes et les considérations intersectionnelles dans la mise en œuvre des droits, le projet vise à informer les futures politiques et programmes de santé publique pour garantir une santé équitable pour tous les enfants handicapés au Canada

26. Élaboration d’un modèle de collaboration interprofessionnelle pour la gestion de la dysphagie à l’hôpital général juif

Aisha Khan, Dallas Warren, Clemence Kao, Christina Vinokuroff
CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal

Introduction : La dysphagie est une altération de la fonction de déglutition qui peut être la conséquence de nombreuses affections. À l’hôpital, la dysphagie est associée à une augmentation de la durée du séjour, du taux de mortalité et des coûts des soins de santé, ainsi qu’à un impact sur la qualité de vie de l’usager (1).  Les établissements qui adoptent une approche interdisciplinaire de la gestion de la dysphagie obtiennent de meilleurs résultats pour les usagers (2).
Objectifs : Veiller à ce que les usagers atteints de dysphagie soient identifiés et reçoivent les soins appropriés par les professionnels compétents en temps opportun dans l’ensemble de l’hôpital ; faciliter la collaboration interprofessionnelle et assurer un transfert adéquat de l’information entre les professionnels et entre les unités de soins.
Méthodologie : Une approche participative, dirigée et facilitée par deux conseillers en pratique professionnelle, a été utilisée pour élaborer des recommandations visant à optimiser la prestation de services conformément aux normes de meilleures pratiques. Un groupe consultatif interdisciplinaire a été formé, composé de deux représentants cliniques des départements de nutrition clinique et d’orthophonie. (1) Une revue de la littérature des recommandations de bonnes pratiques pour le dépistage et l’évaluation de la dysphagie chez les adultes hospitalisés ; (2) Analyse comparative des modèles de services actuels pour les pratiques de dépistage et d’évaluation de la dysphagie dans les centres de soins de courte durée au Québec ; (3) Cartographie du processus actuel de dépistage et d’évaluation de la dysphagie à l’HGJ et identification des obstacles à la prestation optimale des services : (4) Vérification des pratiques actuelles de consignation au dossier pour l’évaluation clinique de la déglutition à l’HGJ : (5) Validation des résultats avec un groupe consultatif interdisciplinaire.
Résulltats : Un modèle de collaboration interprofessionnelle pour l’évaluation et la gestion de la dysphagie a été élaboré et mis à l’essai. La mise en œuvre est en cours.

CIUSSS_west logo
Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation